Relevés aériens par drone – Point de vue de Télépilote

9 septembre 2021

Nos télépilotes vous parlent de leurs missions de Relevés Aériens par drones

 

Les Télépilotes Axéo FM sont formés aux contraintes de vols pour survoler vos bâtiments. Les scénarios de vols sont soumis à autorisation préfectorale avant intervention.

Après l’obtention des certifications DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) nécessaires au survol de vos sites, les télépilotes Axéo FM sont parés pour effectuer vos relevés aériens.

Ils pourront mettre en évidence : plan de masse, implantation des infrastructures, étendue des sites, états des lieux des bâtiments (toitures, façades, équipements)…

La parole à Joffray D., formé au pilotage de drone 

 

Quelles sont les contraintes liées au vol du drone ?

Joffray D. : « Il y a des réglementations à respecter et surtout un scénario de vol à déclarer en préfecture. Les autorisations diffèrent selon les types de vols envisagés : vol en agglomération, vol en zones dangereuses (aéroports, prisons, centrales nucléaires, hôpitaux…), drone en vue ou hors vue du télépilote…

Il est impératif de respecter la règle du « voir et éviter », de suivre la carte de navigation aérienne qui délimite les espaces de vols. Et la règle la plus importante est celle de la sécurité car il faut créer une zone balisée d’atterrissage et de décollage. »

 

Comment se construit un plan de vol ?

Joffray D. : « Pour établir un plan de vol, il faut connaître les données d’entrée du client : la surface à couvrir et les contraintes du site. Il faut impérativement prendre en compte le point le plus haut du site. Bien préparer le dimensionnement du plan de vol : hauteur minimale pour voler et donc obtenir un livrable propre !

Par exemple, s’il y a une antenne de 30 m sur le site, il faut prévoir des marges sécuritaires et faire voler le drone à 40 m. Si on doit voler au-dessus d’infrastructures publiques (lignes électriques, voies ferrées) la marge sera de 30 m supplémentaire. »

 

Qu’est-ce que le relevé aérien par drone apporte de plus que les relevés terrestres au Scanner 3D ?

Joffray D. : « C’est la liberté d’accéder à des éléments non-visibles au Scanner 3D fixe posé au sol : les toitures, les équipements… C’est couvrir de grandes surfaces en un temps record.

Par exemple, pour le site industriel Safran Bordes, il été initialement prévu un relevé au Scanner 3D terrestre d’une durée de 2 mois. Nous l’avons effectué en seulement 3h par drone, pour couvrir l’ensemble des bâtiments de ce site de 35 Ha. »

 

 

Peux-tu nous éclairer sur les deux expertises distinctes des deux drones : DJI – Phantom 4 Pro V2 et PARROT – Anafi thermal ?

Joffray D. : « Le DJI – Phantom capte en Photogrammétrie, des prises de vues photos du visible. Elles permettent de déterminer dimensions, volumes et mesures des bâtiments à partir des photographies assemblées.

Le PARROT – Anafi Thermal utilise la Thermographie, des prises de vues de l’infrarouge qui mettent en évidence les émissions de chaleur des matériaux.

Prenons comme exemple une CTA (Climatisation et Traitement de l’air) en toiture composée de tuyaux calorifugés, le diagnostic thermique effectué permettra de pointer les fuites au niveau des conduites.
La loi ELAN Décret Tertiaire part de ce constat que les sites industriels ou bâtiments tertiaires perdent de la chaleur non recyclée pour chauffer le bâtiment. Avec ce diagnostic thermique les entreprises pourront faire le nécessaire pour recycler l’énergie perdue. »

 

Après tes premiers vols sur site, quel est ton ressenti face à ce nouvel outil ?

Joffray D. : « Je suis bluffé par ce qu’on peut faire avec juste des photos, du temps d’acquisition diminué et un rendu de nuage de points différent du Scanner 3D et exploitable à moindre coût.
C’est avec enthousiasme que nous attendons le feu vert des prochaines missions drones… »

 

A suivre… 

Ensemble déterminons les livrables nécessaires à vos projets et à l’exploitation de vos sites : maquette numérique 3D, plan masse détaillé, rapport de diagnostic thermique…

Contactez-nous : contact@axeofm.fr